Rechercher

D'où venons-nous ?

Des récits originels mythologiques, métaphysiques et religieux proposent différentes versions de la création de l'univers, de la vie et du début de l'humanité. A cela s'ajoutent les théories scientifiques. Ces diverses propositions servent d'appui au sein des cultures pour transmettre d'où nous venons.

Citons à titre d'exemple les cosmogonies maya-toltèque, chaldéo-égyptienne, grecque, aborigène d'Australie, apache, inuit, maorie, perse, etc, chaque tradition proposant une ou plusieurs versions des origines.

En Occident, majoritairement et jusqu'à récemment cantonnée à la version unique de l'autorité religieuse judéo-chrétienne, fut maintenue, volontairement ou non, l'ignorance d'autres récits d'actes créateurs du monde.

Pour certains, la genèse judéo-chrétienne reste l'unique genèse valable, les autres versions restant dans le domaine du folklore. Pourquoi ne pas lire cette genèse comme un mythe fondateur parmi d'autres, sortant de l'arrogance ethnocentrique de la seule version « vraie » ?

Sur un autre plan, qu'elle soit reconnue comme valable ou non, cette genèse est bel et bien agissante : la culpabilité, le mérite, la souffrance, le sacrifice, le bien et le mal, le jugement… l'infériorité et l'impureté de la femme, régissent les différents aspects de nos vies.

Depuis plus de 2000 ans, ce mythe fondateur judéo-chrétien conditionne des générations et des populations entières, constituant un blocus à toute évolution.

Arrêtons d'accepter une genèse imposée et de surcroît punitive, qui colonise encore notre esprit occupant tout l'espace et posant un interdit à la créativité des êtres humains et de la femme en particulier.

Libérons la femme et l'homme de ce piège infernal de la genèse d'Eve et de la pomme d'Adam.

Donnons-nous le droit. Créons d'autres versions de la création.


Sandra Ramirez, Nadine Combes, deux femmes psychothérapeutes

© lafemmeconscience « La femme, la conscience ignorée de l’homme »