Rechercher

Si la femme avait quelque chose à dire au monde qu'elle n'a jamais dit, que dirait-elle ?

Insatisfaite de la version de la femme que l'on m'a donnée, j'ai constaté mon ignorance. J'ai cherché ses traces. Est-ce que la femme a déjà dit quelque chose au monde ? Jamais je ne me suis autant intéressée aux femmes qu'aujourd'hui, non pas dans une vision féministe, juste pour récupérer un lieu de noblesse.

Je les ai cherchées dans les livres, sur internet. Des femmes se sont invitées au détour d'une émission, d'une lecture ; une femme s'est rappelée à moi et pourtant elle est d'un autre siècle.

Chaque époque est amenée et animée par des pionnières, des culottées, des rebelles, des païennes bousculant les règles établies.

La femme engendre la vie, comme elle engendre des idées ou des oeuvres.

Qu'est-ce qui me touche dans ces rencontres avec ces femmes pionnières ?

En cheminant avec ces femmes, elles se présentent ; je les vois ; elles me rapprochent de la femme en moi. Elles sortent de l'anonymat, j'en suis fière.

La découverte des femmes est une joie, un élan. Elles me montrent leur créativité, leurs qualités nécessaires à ce monde. Elles savent faire preuve d'audace, de courage, de détermination, de patience.

La femme a toujours été là. Elle a osé et continue d'oser une autre forme d'être humain. La femme entreprend par nécessité vitale. Elle protège la vie avec efficacité. D'où vient cette force ?

La rencontre avec toute cette lignée de femmes restaure un espace féminin en moi. Elle me permet de me dresser, de me positionner dans le monde d'aujourd'hui.

Elle ravive la nécessité d'un lieu où les femmes apprennent les unes des autres, se soutiennent, partagent un espace de parole et d'action.

Oui, le monde féminin n'est pas un concept, il est un lieu vivant et enivrant.

Ce que je veux dire au monde aujourd'hui : j'aime la femme.


C. Jougla, S. Berthelier, C. Vincent, M. Duhayon, O. Boutet, C. Guillo

© lafemmeconscience « La femme, la conscience ignorée de l’homme »