Rechercher

L'esprit de la femme : jamais révélé sur cette terre

Au réveil d'une nuit sans temps, et me sortant d'un long sommeil, celui de mon existence de femme dans cette planète, je me suis posée cette simple question de où je viens et qu'est-ce que je fais sur cette terre.

Une question non résolue par moi, la femme ignorante que je suis de ma véritable nature et plus encore de ma propre nature humaine. Le temps m'est témoin, des siècles se sont passés sans que l'ombre d'une question n'effleure mon esprit. Pourquoi si longtemps me direz-vous?

Je pose cette troublante question : ai-je donc un esprit ? Un esprit à moi qui n'ai jamais été révélé sur cette terre. Moi, la femme plongée jusque dans le coeur du créateur, j'ai donc mon mot à dire, moi qui crée de ma substance l'humanité.

Alors j'ai décidé cette nuit sans sommeil de dire ce qui n'a jamais été révélé par moi. Habitée d'un monde insondable par ma raison, mon esprit s'émerveille de sentir. Mon voir aime et touche à la fois.

Ma force, c'est l'exaltation que mon corps et mon esprit font quand ils se parlent. Ma mère, c'est moi-même en moi-même.

Je n'ai d'autres raisons de vivre que cette affirmation incessante de mon âme d'apprendre à mon esprit ce qu'elle contient et lui donner mon corps, ma voix au-delà de moi-même, sortant la femme de son silence.

Me donnant ainsi naissance pour seconde fois dans cette planète, entrant par moi-même dans ce long processus qu'est l'incarnation, je me regarde et me vois, et je regarde le monde créé par d'autres sans compromission, sans guerre et par mon seul désir, j'incarne ce que ma nature me dicte.


Sylvie Andreux

Posts récents

Voir tout

A l'ami

D'où vient ce journal ? D'un ailleurs. D'où viennent ces femmes ? D'une mystérieuse lignée. Qui sont-elles ? Personne ne le sait, pas même elles. Le connu ne les intéresse pas, c'est l'inconnu qui l

Je récupère ma genèse

Je suis née femme dans ce monde et lorsque j'ai voulu récupérer ce qui fait mon origine et mon expression à moi j'en étais incapable. Est-ce qu'il était trop tard ? Est-ce que le taraudage des siècles

À qui nous obéissons ?

À des lois vieilles de trois mille ans : La loi du livre - la femme est inférieure à l'homme en tous points. - elle est née d'une côte - la femme est coupable d'un péché, celui d'avoir mangé une pomme

© lafemmeconscience « La femme, la conscience ignorée de l’homme »